18 janvier 2007

« Kids », « Bully »...la génération trash de Larry Clark

Je suis de la génération Télé. Ou plutôt Télé-trash. Alors que les souvenirs de premiers émois de certains de mes aînés remontent à Emmanuelle et son fauteuil en osier, j'ai appris l'adolescence et ses turpitudes hormonales à travers d'autres images. Par hazard et plutôt tardivement.

Il y a quelques années, Larry Clark (voir Album photo) sortait Kids sur grand écran. C'était en 1995, j'avais dix ans, donc je ne savais même pas qui était Clark. Dix ans plus tard, au hazard d'une location de vidéo, j'ai découvert l'oeuvre de cet singulier observateur de l'adolescence. Kids est une claque dans la gueule. Des ados, treize ou quatorze ans au maximum, des gosses américains lambda se retrouvent pour « découvrir les frissons de l'amour »...mais surtout du sexe. L'un d'entre eux est séropositif sans le savoir, et contamine ses petites amies une par une. L'histoire suit d'ailleurs l'une d'entre elle dans l'enfer qu'entraîne l'annonce de sa séropositivité. Le message est clair : sans moraliser, Clark a probablement cherché à responsabiliser chacun sur le SIDA. Il suffit d'une fois.

Le pitch a de quoi choquer. Censuré aux États-Unis, Kids a remporté un succès à la fois critique et commercial, faisant sensation aux festivals de Sundance et Cannes.

Larry Clark est considéré comme le meilleur visionnaire de la jeunesse américaine, qu'il nous montre privée Clarkde repères et sans perspectives. Sa caméra capte au plus près les émotions de ses personnages. Il filme les corps avec un réalisme cru saisissant mais dénué de toute complaisance et entretient une ambiance lourde avec beaucoup d’intelligence. Il ne dénonce rien mais jette un constat amer, froid et désespéré sur notre monde et ses dérives.

Dans Bully, qui sort en 2001, un groupe d’ados irresponsables et totalement à côté de la plaque décide d’organiser le meurtre d’un jeune homme de leur bande pour en finir avec son tempérament tyrannique et prétentieux. Et l'on voit tout l'ingéniosité et la cruauté dont les meurtriers vont préparer leur coup. Ce long-métrage, inspiré d'un fait divers, a été présenté en compétition à la Mostra de Venise l'année de sa sortie. (2003) montre un ado se tirant une balle dans la tête en pleine cours de récréation, un mariage père-fille et un inceste mère-fille par procuration (la mère couchant avec le copain de sa fille). Le film soulève de nombreuses réflexions : le port des armes, la pédophilie, l'intégrisme religieux...

Ken Park (2003) montre un ado se tirant une balle dans la tête en pleine cours de récréation, un mariage père-fille et un inceste mère-fille par procuration (la mère couchant avec le copain de sa fille). Le film soulève de nombreuses réflexions : le port des armes, la pédophilie, l'intégrisme religieux...

Dernier coup de poing en date : Wassup Rockers, en salles en 2004. S'il paraît malgré tout le moins dur des films de Clark ( pas de violence pure ou de sexe cru ), ce long-métrage n'en est pas moins une autre critique de la société made in USA. Le réalisateur s'est attaqué à la violence qui imprègne certaines couches sociales. Ici dans l'hexagone, on n'a pas encore réussi à en faire autant ( à part La Haine, et c'était déjà il y a bien longtemps) Il me reste à combler mon retard : le réalisateur a sorti deux autres films depuis (voir filmographie)

Ainsi, souvent sujets à controverse et régulièrement décriés, les films (et les photographies) de Larry Clark l'ont pourtant imposé comme l'un des rares réalisateurs intègres et indépendants actuellement en exercice aux États-Unis. Ses images sont dures mais tellement justes que l'ado qui sommeille en chacun de nous peut s'y reconnaître.


www.larryclarkofficialwebsite.com

La filmographie de Larry Clark

Kids, 1994

Another Day in Paradise, 1998

Bully, 2001

Teenage Caveman, 2002

Ken Park, 2002

Wassup Rockers, 2004

Shame, 2005

Destricted, 2006

Posté par helenemoretti à 14:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur « Kids », « Bully »...la génération trash de Larry Clark

Nouveau commentaire